jeudi 25 décembre 2014

La fin du mortier !

On pensait que ce jour n'arriverait jamais ! On a enfin fini de couler le mortier GREB. C'est notre cadeau de noël :-)


Le mur de séparation du garage

Comme nous l'avions expliqué dans le précédent article, ce mur a été fait en 8 jours. Voici les étapes.
Jour 1: Préparation de la paille et mise en place des clous et de l’électricité.


Jour 2: Coulage du premier rang.


Jour 3, 4 et 5: Coulage des rangs 2, 3 et 4... il faut suivre





Jour 6: Coulage du 5eme rang, qui vient juste sous la lierne du solivage des combles. Il a fallu couler derrière la lierne entre les solives. Pour cela nous avons fabriqué un petit déversoir sur mesure qui se glisse entre les solives. Et un grand merci à Sixtine et Maxime, nos plus fidèles aides-manoeuvres, qui sont venus braver la pluie et le froid et sont maintenant spécialistes pour le mortier GREB.



Jour 7: Passage au dessus des solives. Il a fallu ici improviser une solution pour placer le coffrage avec les gaines électriques qui passent dans les combles. Des liteaux ont bien rempli ce rôle.





 Jour 8: Coulage du reste du pignon



On termine avec le décoffrage, les rebouchages si nécessaire et la mise en place du coffrage sous rampant pour recevoir le mortier par le toit.




Les ébrasements de portes et de fenêtres

En parallèle du reste, un petit peu chaque jour, nous avons monté les ébrasements des portes et des fenêtres avec le reste de mortier. Du coup l'effort a bien été dilué avec le reste.





Le haut des murs

Pour aligner le haut des murs avec les arbalétriers des fermes de charpente et ainsi ne pas créer de rupture de pente quand on mettra le parement sous rampant (bravo à ceux qui ont compris), nous avons ajouté un poteau 4*10 sur chant au dessus des lisses hautes. Cela simplifie au passant le coulage du mortier et l'"ennoyage" des gaines électriques. Le jour créé sera rempli d'isolant de toiture.



Pour le haut des murs et le bas des fenêtres, nous avons fait un mortier un peu particulier. Ce mortier n'a pas vocation à être structurant, il protège juste la paille et traverse le mur. Il pourrait représenter un petit pont thermique. Du coup nous avons fait un mortier expérimental, plus isolant en remplaçant 2 volumes de sciure par 2 volumes de liège en vrac (qui nous restait des soubassements). De plus nous avons diminué la quantité de ciment.
Voici la recette de notre mortier expérimental:
1,5 vol. de chaux CL90
0,5 vol. de ciment
3 vol. de sable
2 vol. de sciure
2 vol. de liège en vrac
~2,5 vol.d'eau

Le résultat ressemble un peu à du béton.







Le haut des pignons

Et voici la dernière étape, et pas des moindres, le coulage du mortier du haut des pignons par le toit.
Pour cela, il faut préparer le coffrage affleurant sous rampant, monter sur le toit, couper le pare-pluie au milieu du mur, l'ouvrir et couper la volige à la scie circulaire (en réglant la profondeur de coupe) en suivant le milieu du chevron. Puis on découvre la paille. Ça fait un peu opération chirurgicale. Cette étape doit être anticipée. La volige à cet endroit n'a été clouée que sur le coté pour ne pas gêner la coupe et les contre-lattes vissées (pas clouées).


 On coule ensuite le mortier dans les coffrages sur les cotés et sur la paille.



On remet en place et on cloue la volige. On referme le pare-pluie, on ajoute une bande de pare-pluie par dessus puis on remet les contre-lattes clouées (les clous des voliges et contre-lattes sont en 65mm). Il faut compter une bonne journée par pignon.






Et voila ! Après quelques petites finitions et rebouchages, le mortier est totalement terminé à l'intérieur comme à l'extérieur !




Les étapes à venir sont la couverture et les menuiseries. Bientôt hors d'eau hors d'air !
Sur ce, très bonnes fêtes de fin d'année à tous!

Aucun commentaire:

Publier un commentaire