lundi 25 juin 2018

Un composteur de luxe de prestige

Notre ancien composteur fait de palettes et de planches de chutes de scierie commence à s’écrouler... Il nous aura rendu un fier service, place maintenant à une réalisation plus durable, mieux placée et plus pratique.
Le nouveau composteur est ouvert, sans couvercle, mais avec une toiture laissant passer un peu d'eau lors des grosses pluies. Les bacs sont plus grands pour permettre de tenir plus de 6 mois avant de remplir un bac et de faire mûrir le compost 18 mois minimum avant utilisation (nous sommes en toilettes sèches, 2 adultes et 1 enfant). On passe de 3 à 4 bacs. Cela permet de stocker à l'abri des outils de jardinage et de la paille propre et sèche. Il est également proche du jardin pour utiliser facilement le compost mûr. Enfin, pas trop loin de la maison pour sortir les seaux sans faire des kilomètres (pour ceux qui pourraient le craindre : il n'y a pas d'odeurs hormis au moment du vidage de seau) . Il est entièrement en pin autoclave (pour supporter l’humidité) acheté chez Cazalé à Toulouse.
Voici le plan Sketchup dans lequel vous avez toutes les dimensions et sections de bois.



Voici notre liste de course en pin autoclave brut:

Poteaux 7/7 en 2 ml - 12 longueurs (24ml)
Chevrons 6/8 en 3 ml - 9 longueurs (27ml)
Planches 26/2.7 en 3 ml - 20 longueurs (60ml)
Planches 17/1.5 en 3 ml - 4 longueurs (12ml) 

Tasseaux 2.2/4.5 raboté en paquet de 10 en 2.70 ml = 27 ml - 2 paquets

Toute l'ossature est assemblée en vis de charpente inox 8*120mm.

C'est parti pour la réalisation.

On commence par déterminer l'emplacement et niveler un peu le sol. On plante ensuite des supports pour poteau 7*7 directement en terre. Il n'a pas de fondations. Il est juste planté.



Des entailles (30mm de large, 15mm de profondeur) sont faites à la défonceuse dans les poteaux recevant des planches. Cela permet une finition propre et d’utiliser moins de vis et de bois. On effectue aussi les découpes et pré-perçages des contrefiches et des chevrons. En passant la longueur des chevrons a été déterminée en partir de la dimension des tuiles.



 On attaque ensuite l'assemblage de la structure de base. On prend les cotes au sol pour les reporter en haut. On assemble d'abord une extrémité et on y glisse les planches avant d’équerrer et de fixer le chevron et les contrefiches.




En parallèle du reste nous avons ramené l'eau, c'est assez pratique pour laver les seaux :-)



 On continue la structure en ajoutant les planches au fur et à mesure. Certains équerrages sont faits avec une sangle à cliquet, bien pratique pour le maintenir en place avant de visser les contrefiches.


 

Les compartiments sont ensuite montés en ajoutant des piquets pour les poteaux au sol. Sur la façade principale, les planches sont tenues avec 2 liteaux. Les alignements des pieds et des bacs sont faits au cordeau. On visse aussi les chevrons dans la foulée.


 

On attaque la pose de la couverture en tuiles Terreal DC12 (rab de notre toiture). Pour cela on applique strictement les techniques de la pose de la couverture de la maison. Seules des planches de rive ont été ajoutées. Les tuiles de rives reposent dessus sur les cotés. En haut et en bas les planches viennent faire une finition esthétique. Nous n'avons pas prévu de mettre de gouttière.



 
 
 

On termine par la mise en place des liteaux de guidage pour les planches de façade, la découpe des planches et le branchement de l'eau.


 

 

Et voila un beau composteur prêt à servir. Nous allons l'entourer de plantations qui bénéficieront de l'eau de ruissellement et du sol enrichi.

Temps de conception et de réalisation : ~6 jours (fait par petites sessions) 
Budget : ~650€ (500€ de bois, 120€ de quincaillerie, 30€ de tuiles spécifiques)



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire